PIOLENC (84420)

Commune de PIOLENC
PIOLENC (84420) est une ville du departement VAUCLUSE en Region PROVENCE ALPES COTE D AZUR.


A la suite de la reforme territoriale qui a fait passer en France metropolitaine les regions de 22 a 13, PIOLENC fait desormais partie de la region PROVENCE ALPES COTE D AZUR.
Le chef-lieu de cette nouvelle region est MARSEILLE.

Elle s'étend sur 2480 hectares, a une altitude de 40 metres.
Les habitants ou Gentilés de la commune de PIOLENC se nomment les Piolençois.

En 2015 , date du dernier recensement dans cette commune, sa population était de 5083 habitants.
La population a augmentee de 15,48 % depuis 1999 (4296 habitants).

La mairie se situe Rue Jean-Moulin a PIOLENC. Vous trouverez les coordonnees completes de la commune ci-dessous.
Si vous desirez visiter la commune de PIOLENC, vous pouvez toujours contacter l'office du tourisme de PIOLENC dont les coordonnees de mail et internet se trouvent dans la rubrique CONTACT

Vos prochaines vacances au ski
Vos locations sur PIOLENC et sa rgion
Un hotel sur Piolenc ?
Vos hotels sur PIOLENC et sa region

Depuis le 31/12/1992, la commune de PIOLENC fait partie de la Communauté de communes Aygues Ouvèze en Provence qui se situe ZA Jonquier-Morelles 84850 Camaret-sur-Aygues, comme les 8 communes environnantes.
La Communauté de communes Aygues Ouvèze en Provence compte ainsi 19022 habitants.


Contact


Mairie Piolenc
Rue Jean-Moulin
84420 PIOLENC
Tel : +33 (0)4.90.29.63.66
Fax : 04.90.29.50.62
E-mail:
Site: http://www.mairie-piolenc.fr
Office de tourisme Piolenc
84420 PIOLENC

Horaires Mairie/ Autres


Horaires Mairie Piolenc

Du Lundi au Vendredi : - 08h00 à 12h00 - 14h00 à 18h00
Mardi : - 08h30 à 12h00 - 14h00 à 19h00
Mercredi : - 09h00 à 12h00 - 14h00 à 16h00
Jeudi : - 08h30 à 12h00
Vendredi : - 08h30 à 12h00 - 14h00 à 17h00
Samedi : - 10h00 à 12h00
Autres

site officiel de la commune de piolenc


Description


PIOLENC est une cité méridionale située à l’entrée de la Provence, particulièrement privilégiée par sa situation géographique.
Située entre le Rhône et les collines boisées dont le nom chante notre Provence (Valbonnettes, Cargoule et le Paty) et d’où s’exhalent les odeurs de plantes aromatiques telles que la lavande sauvage, le thym, le romarin, l’églantier, Piolenc comprend une forêt communale de 159 hectares et un plan d’eau de 53 hectares.

La plus grande partie du territoire communal est occupée par la plaine du Rhône, riche et fertile. Piolenc est traversé par la Nationale 7 et par l'autoroute A7, ce qui permet de s'arrêter et de contempler le village, d'aspect vivant et gai, et notamment la promenade des marronniers où coule le Rieu du Foyro, petit affluent du Rhône.

Piolenc (ou Pioulenc en Provençal) se situe en limite nord d’Orange, jouxte la rive gauche du Rhône et s’appuie sur un massif boisé (la forêt du Paty).
Le territoire de la commune est assez étendu puisqu’il couvre une superficie de 2479 hectares.

Vous serez séduit par ses rues concentriques, sa belle et vaste place méridionale, avec ses platanes du cours Corsin.

On peut constater un essor démographique important à Piolenc depuis 1962 où la commune n’était peuplée que de 1868 habitants pour atteindre aujourd’hui une population avoisinant les 5000 âmes, reflétant ainsi le fait que Piolenc soit une ville où il fait bon vivre.


Chargement en cours...
Recherche en cours
Veuillez patienter

Un peu d'histoire

Préhistoire
La fouille d’un abri sous roche a permis de découvrir une sépulture, des poteries, des haches et des pointes de flèche.
Des fonds de cabanes avec poteries, silex et industrie osseuse ont démontré l’existence d’un habitat assez important à la station dite « des Rochers ».
 
Empire romain
On a retrouvé un cimetière romain à incinération avec urnes et divers objets.
 
Moyen-Age
En 993-1002, Rotbald, Marquis de Provence, et Eymilda donnent la moitié de Piolenc à Saint Odilon, Abbé de Cluny. Par ce texte, on sait qu’à l’époque le lieu était nommé Podium Odolinum.
En 1253, le Livre Rouge du Comte de Toulouse porte le nom de Podio Oleno.
En 1274, le territoire passa dans le domaine pontifical et c’est ainsi que, bien plus tard, en 1541, les officiers apostoliques remirent l’autre moitié du fief à Cluny contre huit florins de cens et la Directe que l’Abbé de Cluny avait sur le Palais rectoriel de Carpentras.
Le village était ceint de remparts au XIVe siècle. On peut d’ailleurs toujours observer la forme ronde qu’adoptait cette cité au Moyen-âge mais il ne reste que quelques vestiges de cette forteresse : la Porte du Moulin (à l’ouest) et le Portail neuf plus récent (au sud).
 
XVIIIe siècle
Au XVIIIe siècle, le monastère n’existant plus, un château le remplaça, relié à l’église par l’ancien cloître. Il faut préciser, toutefois, qu’à la fin du Xe siècle, une fortification protégeait le village naissant : Castrum quod nuncupatur Podium Odilinum. Il ne reste rien du bâtiment sauf quelques murailles qui survivent certainement dans celles de l’Hôpital-Hospice.

 

Histoire des Armoiries de Piolenc

L'art de décrire les armoiries s'appelle "Blason". On appelle le blason, art héraldique parce que l'une des fonctions des héraults d'armes consistait à blasonner les armoiries des nobles et à en tenir registre.
Par son édit de novembre 1696, Louis XIV créa l'Armorial général et il est désormais obligatoire d'enregistrer toutes les armoiries. Grâce à cela, on sait qu'il a existé plus de 100 000 armoiries dont plus de 5 000 pour les communes.

Si l'on se réfère à l'ouvrage de M. Roland Roticci sur l'Histoire de Piolenc "La Baronnie de Piolenc", l'Edit de 1696 n'a pas été appliqué dans le Comtat. Cependant, sur les billets de santé de 1721, les armoiries de Piolenc y figurent. Elles sont d'Azur avec une clef d'or et une clef d'argent liées et posées en sautoir, sous une arcature d'or maçonnée de sable.
Piolenc, par les deux clefs, indique son appartenance au Comtat venaissin.

La Devise de la Commune :
Dulcius Melle, Fortius Leone : Doux comme le miel, Fort comme le lion.

Le Patrimoine

Site Clunisien
Notre village de l’année 994 à la Révolution française était une seigneurie ecclésiastique appartenant à l’ordre de cluny. C’est à ce titre que nous sommes devenus membre de la fédération des sites clunisiens.
L’assemblée générale s’est tenue cette année du 16 au 18 juin. Si ces réunions annuelles se déroulent dans l’une des villes adhérentes, cette année, c’était au siège de l’association à Cluny. En effet, 2006 est une année très particulière pour la fédération car, à l’instar des chemins de St Jacques de Compostelle, les sites clunisiens sont reconnus « grands itinéraires culturels » par le Conseil de l’Europe.
 
Dès l’ouverture de l’assemblée générale, après les discours officiels, les chants « a capella » provenant de diverses régions d’Europe et l’hymne européen, Madame Gabriella Bataini-Dragoni, directrice générale, de la culture et du patrimoine, de la jeunesse et du sport du Conseil de l’Europe, entourée de nombreux élus locaux et nationaux, remettait le diplôme officiel de « Grands itinéraires culturels » au président de l’association.
 
Qu’est-ce que la fédération des sites clunisiens ?
Elle est née en 1994 et se donne un triple but :
-          Tisser des liens entre les sites et la fédération.
-          Valoriser leur patrimoine clunisien.
-          Encourager leurs initiatives par des actions pédagogiques, culturelles et touristiques.
 
Qu’est-ce qu’un « Itinéraire culturel » européen ?
Le programme des itinéraires culturels est né au Conseil de l’Europe (créé en 1949, siège à Strasbourg, regroupe 48 Etats) en 1987. Par la convention culturelle européenne s’exprime la volonté de montrer, de façon visible, à travers le voyage dans l’espace et dans le temps, que le patrimoine des différents pays d’Europe constitue en fait un patrimoine commun à nous tous.
Actuellement, il existe 18 Itinéraires culturels, chacun en fonction de ce qu’il représente donne sens à l’héritage commun des peuples d’Europe. Parmi, ces 18 itinéraires quelques uns sont dits « Grands itinéraires culturels du Conseil de l’Europe » dont le premier et le plus connu à ce jour est celui de St Jacques de Compostelle, le dernier ayant reçu ce diplôme étant celui de Cluny. Ainsi Piolenc, devenant l’une de ces étapes, participe à cette mise en tourisme des lieux, se doit de développer une forme d’hospitalité d’esprit clunisien, comme leur prédécesseurs d’esprit jacquaire.
D’autant que notre localité peut s’enorgueillir de compter parmi ces prieurs (chef de la communauté monastique du prieuré de Piolenc) Hugues de Fabri, arrière petit-neveu du pape Clément VI, qui  deviendra en 1350, abbé de l’ordre de Cluny qui, à son apogée compte 1400 maisons réparties dans toute l’Europe occidentale.
Si Cluny, décrite souvent comme « capitale de toute la vie monastique », appelée fréquemment « la seconde Rome » a été fondé en 910, le prieuré de Piolenc est l’un des premiers a lui avoir été rattaché. En effet la donation de notre territoire à Cluny remonte à 994 : d’ailleurs le mot Piolenc trouve son origine sous le nom de « Puy de Odilon » car le castrum (château) fut remis sous l’abbatiat d’Odilon.
 
Nos portes de ville vont se parer d’un nouveau logo. Endroit, par excellence, du premier contact de l’étranger, comme du familier, les « portes » doivent être « accueil », elles doivent nous renseigner sur ce qui se vit, qui se fait, qui se propose dans le village. Elles doivent être accueil, donc belles avec un attrait certain au premier regard, encourageantes à pénétrer dans la cité où notre urbanisme et son environnement doivent encourager à y faire étape.

 

Histoire du Château de Crochant

Sur la RN7, s’élève le Château de Crochant dont les origines sont assez anciennes. En 1311, le domaine appartenait à Bertrand de Baux IV qui l’inféoda à Guillaume et Raymond de Bourjuif.

Cette famille le garda jusqu’aux environs du XVIIIe siècle, époque à laquelle les Marcel le possèdaient et à laquelle semble remonter la construction.

Le 26 août 1944, lors des combats pour la Libération, un détachement allemand, retranché dans le château, fut attaqué par un groupe de FFI et par une patrouille américaine. Après un engagement assez sérieux, les 180 Allemands se rendirent avec un important matériel.

Le Château de Crochant appartient depuis 1994 à la famille Alexis GRUSS et porte aujourd’hui le nom de « Château du Cirque ».

 

L'église Saint-Pierre

 

L'église Saint-Pierre, église clunisienne du XIe siècle, a été agrandie au XVIe siècle. L'entrée et le porche offrent une décoration romane.
Le clocher-tour, laissant apparaître trois phases de construction, domine l'entrée.
L'intérieur de l'église est du XIVe siècle. Le vestibule qui est en plein cintre et décoré d'une corniche, faisait partie de l'ancienne église romane ainsi que la porte d'entrée à laquelle on monte par 30 marches.
Le clocher est surmonté de l'horloge communale très ancienne à deux cadrans lumineux la nuit. Les cloches sont actionnées par un dispositif électrique commandé à l'intérieur de l'église.
Le tout constitue un des plus remarquable édifice roman de la commune.

 

Le Cours Corsin et sa fontaine

 

Le Cours Corsin porte le nom du Général d'Empire André-Philippe CORSIN (1773-1854). Ce militaire de l'armée napoléonienne a donné à sa commune de naissance les équipements utiles de l'époque : une école communale (aujourd'hui, espace Acampado), l'adduction d'eau, la création de fontaines publiques, une place verdoyante, un champ du repos, un hospice...
La commune, reconnaissante de son bienfaiteur, a dressé un monument à son honneur, inauguré en 1911 mais détruit en 1942.

Le Cours Corsin est orné d'une fontaine publique très esthétique à 4 vasques, surmontée d'une amphore : la Fontaine des Quatre Bourneu.

Cette place, très agréable, est typiquement provençale. Elle est formée d'une allée centrale décorée, de chaque côté, d'une rangée de platanes.

On peut s'y arrêter pour lire sur les bancs publics ou simplement se reposer.

 

La Chapelle des Pénitents

 

L'architecture de l'édifice est remarquable avec ses arcs en plein cintre qui caractérisent parfaitement l'art roman provençal.
Un chef d'oeuvre architectural !
Cette chapelle romane sert aujourd'hui de lieu d'exposition et de concert.

 

Le Plan d'eau Li Piboulo

Le plan d'eau de Piolenc "Li Piboulo" est un vaste étang de 75 hectares qui a été créé grâce à l'opiniâtreté du Maire de Piolenc, Louis DRIEY qui a négocié avec la SNCF la création de ce plan d'eau, né des travaux de la ligne TGV Sud-Est.
Le lieu est agréable et permet d'organiser avec l'autorisation du Maire des festivités.
La pêche y est réglementée et la baignade est autorisée en juillet et en août.
Un projet sur le plan d'eau est à l'étude et devrait voir le jour prochainement.
Dossier à suivre...

 

La Forêt du Paty

 

Elle fait partie du massif d’Uchaux sa géologie en fait son originalité, lieu du département où affleurent des calcaires gréseux et des sables siliceux datant du Crétacé supérieur, laissant place à une végétation particulière qualifiée de « silicicole ». Les boisements sont composés de pinèdes à pin d’Alep, pin sylvestre, pin maritime, de chênaies à chêne vert, chêne pubescent, viorne-tin, amélanchier, filaire, genévriers etc., et de formations dégradées : garrigue et maquis. Les plantes que l’on peut y rencontrer sont : l’arbousier, les bruyères arborescente ou à balai, la callune, les cistes à feuilles de sauge ou de Montpellier.

Une aire de pique nique vous permettra d’y passer une excellente journée de découverte tant de la flore que de la faune.

 

 




Photos de PIOLENC (84420)


Vous avez des photos que vous voulez faire partager sur la commune de Piolenc : Ajouter une photo sur Piolenc
nombre de photographie(s) : 1 - Cliquez sur les photos pour les agrandir
commune-piolenc-84091
L église Saint Pierre

Posté par dir cab le 2011-02-02
Credits photos: dir cab